Recours collectif Merlo Davidson

Le mandat

Le recours collectif Merlo Davidson a conduit à une entente de règlement visant à indemniser les femmes employées de la Gendarmerie royale du Canada ayant subi du harcèlement ou de la discrimination en raison de leur sexe ou sur la base de leur orientation sexuelle. Le recours collectif devait être supporté par une importante campagne de relations publiques.

Le défi

Il fallait diffuser l’information à un bassin d’environ 30 000 femmes ayant travaillé pour la GRC entre 1974 et 2017. L’objectif était de les informer de l’existence du recours collectif et des conditions auxquelles elles pouvaient s’en prévaloir. Outre le défi de rejoindre un public réparti sur l’ensemble des territoires et provinces du Canada, l’enjeu de la confiance se posait car les femmes victimes de discrimination ou de harcèlement étaient susceptibles de ne pas se prévaloir de leurs droits par crainte de représailles.

Un site web transactionnel entièrement sécurisé a été créé afin de garantir aux femmes la confidentialité de l’information à fournir pour s’inscrire au recours collectif. Il était aussi possible pour les femmes de demander des informations additionnelles sur une base confidentielle.

En parallèle, un site web informationnel a été créé pour rendre l’information sur le recours collectif accessible aux femmes. Ce site était mis à jour régulièrement. Il donnait accès à tous les documents officiels du recours collectif et il en expliquait la teneur dans un langage accessible pour des personnes moins familières avec la terminologie juridique. Afin de rejoindre le public visé, nous avons déployé un plan de communication reposant à la fois sur la publicité dans la presse imprimée, les médias sociaux et sur les relations de presse dans tout le Canada.

L’enseignement

La campagne a été optimisée afin de maximiser le rapport entre le coût de la campagne et la proportion des femmes sensibilisées au recours collectif. Un équilibre judicieux entre les médias traditionnels et les médias sociaux a permis de rejoindre les femmes sur différentes plateformes de communication. L’emphase mise sur la confidentialité du processus a rassuré les femmes. Il y a eu 3 086 femmes qui se sont prévalues du recours collectif, soit trois fois plus que le nombre anticipé au départ.

Ajouter un commentaire